Google+

Final Fantasy VIII > Introduction

Un nouveau genre

Huitième opus de la saga, Final Fantasy VIII ne se contente pas de suivre la voie ouverte par ses prédécesseurs. Au programme : remaniement en profondeur de son système de jeu, scénario plus envahissant et histoire d'amour riche en rebondissements constituent ainsi les racines de cette inoubliable aventure plus romantique qu'épique. Une huitième fantaisie atypique donc, mais aux charmes indéniables. Pour la première fois depuis de longues années, un jeu pousse les capacités d'une console de jeux au-delà de tout ce qui s'était jamais fait jusqu'ici. Le plus surprenant est que ce jeu sorte sur une console qui semblait avoir déjà atteint ses limites, la Sony PlayStation ! Ce n'est pas étonnant de constater que FFVIII fut le plus attendu de Squaresoft !! Ce 8ème épisode, parmi les plus populaires de toute l'histoire des jeux vidéos, est un formidable exploit, non seulement du côté scénario et gameplay, mais aussi du point de vue graphisme et animation. Tout cela devient encore plus impressionnant quand on se rend compte que cet exploit est accompli sur une console de jeux technologiquement obsolète depuis des années.

Les nouveautés

Il y a de nombreux changements dans Final Fantasy VIII, tels qu'une nouvelle personnalisation des personnages et une gestion de la magie repensée, laquelle n'est plus apprise ou achetée ; on la vole à nos adversaires et on peut également en trouver à des sources de magies disséminées un peu partout au cours du jeu. La personnalisation des personnages se fait au moyen du système de Jonction, lequel nous permet de déterminer les compétences et pouvoirs utilisés pour augmenter les capacités des Guardian Forces (G-Forces) de chaque personnage et l'inventaire des sorts magiques. Tout ceci augmente considérablement le gameplay, sachant que deux joueurs différents peuvent également finir par emprunter des démarches totalement différentes pour augmenter la puissance et les compétences de chaque personnage. Final Fantasy VIII reste également similaire aux précédents épisodes de la série avec les combats à tour de rôle, un menu facile d'accès et les performances musicales ainsi que les superbes effets sonores fait par Nobuo Uematsu, qui rehaussent grandement l'impression de réalisme du jeu.

Un amour, des émotions

Les moyens mis en oeuvre pour bâtir le gigantesque navire Final Fantasy VIII n'ont rien à envier aux récentes superproductions hollywoodiennes. Grâce à une enveloppe de 156 millions de francs, soit tout de même 72 millions de francs de moins que pour FFVII, la Final Fantasy Team a décidé de réaliser son propre rêve : créer une grande aventure ludique dynamisée par un souffle cinématographique très présent. Résultat immédiat, si l'on constate que la liberté de jeu a été relativement restreinte, en comparaison avec les précédents épisodes de la saga, l'intensité et les rebondissements dramatiques sont à la fois mieux introduits et plus nombreux ! En clair, malgré la multiplication des péripéties, vous serez toujours subtilement guidés afin d'éviter d'errer désespérément comme certains s'en étaient plaints dans FFVII. Le choix n'était pas évident à effectuer car parvenir à bien équilibrer divertissement et émerveillement s'opère rarement sans concession sur l'interactivité. Ainsi, Final Fantasy VIII se joue et se regarde comme un vaste film dont vous seriez le héros. Au cœur de cette quête, on retrouve le couple formé par Squall Leonhart et Linoa Heartilly. Deux âmes tourmentées, magistralement mises en scène, qui tenteront de s'unir malgré l'avalanche de drames qui les accableront. Vous vivrez l'histoire de ces deux amoureux à travers une aventure stupéfiante de réalisme. Dès lors, on constate que la principale force du jeu provient de l'implantation de nombreuses attitudes et expressions chez les personnages. Ceci confère immédiatement à ces êtres en 3D une véritable présence à l'écran et insuffle, dans le même temps, un sentiment de vie inédit sur Playstation. Parfois exubérants ou empruntés, les héros évoluent en tout cas avec une gestuelle plus vraie que nature et l'abandon de la représentation en SD (super deformed) typiquement japonaise au détriment d'un physique plus occidental compte aussi beaucoup dans cette sensation de réalisme. Clairement, cette version de Final Fantasy se voulait beaucoup plus internationale. Sans parler des cinématiques dont la qualité d'esthétisme et d'animation se révèlent tout simplement renversantes. Certaines scènes où les héros se meuvent dans des véritables foules composées de centaines de figurants numériques laissent sans voix. Les expressions du visage permettent alors de ressentir les sentiments les plus profond des protagonistes. La joie, la surprise, la peine ou encore la haine sont immédiatement perceptibles. Alors, même si le scénario flirte parfois avec une caricature de sitcom, même si les passages à l'eau de rose sont légions, le charme de Final Fantasy VIII est tel qu'on se laisse emporter dans cette grande épopée où guerre et amour se livrent une lutte acharnée. Qui sait, en mettant l'accent sur le thème du sentiment amoureux, Square a peut-être voulu rendre Final Fantasy VIII beaucoup plus attirant à un nouveau public : la gente féminine. Et si Aragon déclarait que "l'avenir de l'homme c'est la femme " ... Square a peut-être songé de même pour les RPG. En tout cas, c'est l'impression qui se dégage de Final Fantasy VIII. Est-ce un mal ? Certainement pas ! En revanche cela modifie-t-il l'approche du jeu ?

Accessibilité et grand public

Afin de rassembler un public toujours plus conséquent, les développeurs de Final Fantasy VIII ont dû retravailler leur système de jeu pour le rendre toujours plus accessible et complet. Premier choc pour les amateurs de RPG, les points de magie ont disparu ! En fait, vous serez désormais obligé de voler à vos adversaires les sorts que vous leur lancerez par la suite. Il suffit donc de se constituer de sérieux stocks sans se préoccuper de son niveau de magie au cours des combats. Les néophytes devraient apprécier. Autre changement en profondeur par rapport à FFVII, les matérias d'invocation cèdent ici leur place aux Guardian Force (GF). Ainsi, vous comprendrez assez vite que les invocations se situent désormais au cœur des rouages de FFVIII. Une bonne connaissance de ces monstrueux alliés s'avèrent nécessaire à la bonne marche des évènements. N'allez cependant pas en déduire que le système de jeu a été complexifié, bien au contraire. Dans cette aventure, vous serez entièrement libre de paramétrer vos habilités (invoquer vos GF, voler des objet, lancer des sortilèges). Sinon, outre ces quelques évolutions, dans le fond Final Fantasy VIII reste un RPG classique axé autour de la célèbre règle du village-donjon-combats. Ainsi plus que jamais, les affrontements aléatoires excessivement dynamiques donneront lieux à de véritables feux d'artifices d'effets visuels tous plus remarquables les uns que les autres. Tout semble avoir été conçu pour impressionner le joueur et le côté hautement spectaculaire des combats estompe la relative répétitivité. Finalement, grâce à sa réalisation graphique superbe, son atmosphère à la fois chaleureuse et mystérieuse, sa durée de vie conséquente (4 CD, tout de même) ainsi que sa plus grande accessibilité, Final Fantasy VIII combine tous les ingrédients de l'aventure inoubliable. Il apparaît alors clairement que, pour Square, ce RPG symbolise le rapprochement entre les industries du cinéma et du jeu vidéo. D'un coté les charmes du cinéma avec la mise en scène et son scénario bien montés mais un peu dirigiste, de l'autre un divertissement pur. Alors, si les accros de RPG traditionnels risquent d'être dans un premier temps, quelque peu désarçonnés, Final Fantasy VIII, en définitive, permet à un nouveau public de découvrir qu'à l'image du cinéma, les jeux vidéo sont aussi capables de véhiculer des émotions poignantes (pour peu que l'on soit sensible au romantisme - c'est l'effet Titanic). Néanmoins, quoi qu'il en soit, Final Fantasy VIII restera un épisode atypique dans la série.

Sorties et supports

  • Final Fantasy VIII
  • le 04/02/2010 sur PlayStation Network
  • le 18/02/2000 sur PC
  • le 27/10/1999 sur PlayStation
  • le 17/12/2009 sur PlayStation Network
  • le 23/03/2000 sur PC
  • le 07/09/1999 sur PlayStation
  • le 24/09/2009 sur PlayStation Network
  • le 25/01/2000 sur PC
  • le 11/02/1999 sur PlayStation
  • Final Fantasy VIII (Steam)
  • le 05/12/2013 sur PC
  • le 05/12/2013 sur PC
  • le 08/05/2014 sur PC
Image 001 / 003